Newsletter

Dynaphar

La newsletter de votre pharmacien vous informe sur l'actualité de la santé et les nouveautés parues sur son site.

S'inscrire

Magazines Dynaphar


Vaccination contre le pneumocoque

Une pneumonie peut être provoquée par une bactérie ou un virus. Une infection bactérienne est plus risquée chez les personnes âgées. La vaccination peut-elle limiter le risque ?

Qu’est-ce que le pneumocoque ?

Le pneumocoque est une bactérie transmissible de l’homme à l’homme par des gouttelettes expectorées en cas de toux ou d’éternuement. Il peut entraîner une pneumonie ou une méningite. Cette infection est plus fréquente l’hiver et au début du printemps. Chez les 65 ans et plus, une pneumonie implique des risques sérieux. Un patient sur quatre souffrant de pneumonie bactérienne développe un sepsis (infection du sang), dont l’issue est souvent fatale (quatre cas sur dix). Dans cette tranche d’âge, une méningite engage également le pronostic vital. Quatre-vingts pour cent des patients ne survivent pas à cette infection, et les personnes qui n’en décèdent pas gardent des séquelles à vie (notamment la surdité).

Quel est le principe actif du vaccin ?

Le vaccin assure la création d’anticorps contre les pneumocoques par l’organisme. Ce dernier réagit alors plus rapidement à l’infection par des pneumocoques, et le taux de guérison augmente.

Qui a intérêt à se faire vacciner ?

1. La vaccination est vivement recommandée pour les personnes présentant un risque élevé de sepsis en cas d’infection par des pneumocoques.
- Les adultes ayant subi une ablation de la rate ou dont la rate ne fonctionne plus.
- Les adultes présentant un trouble du système immunitaire (en raison du SIDA, du cancer du sang, d’une chimio ou d’un traitement médicamenteux).
- Les adultes atteints de maladies spécifiques : anémie falciforme, maladies de l’hémoglobine...
2. La vaccination est à envisager chez les personnes de 50 ans et plus atteintes d’une affection pulmonaire chronique ou d’une maladie cardiaque, vasculaire, hépatique ou rénale chronique, ainsi que chez toutes les personnes de 65 ans et plus en bonne santé.

Quel est le mode d’administration du vaccin ?

Deux vaccins sont actuellement disponibles : Pneumo 23® et Prevenar 13®. Ces vaccins ne sont pas remboursés par l’INAMI, mais certaines mutuelles offrent une intervention totale ou partielle via leur assurance complémentaire. Quel vaccin ou quelle combinaison de vaccins est indiqué(e), en fonction du profil de risque du patient ? La question est abordée lors de la consultation avec le généraliste. Le vaccin contre le pneumocoque implique peu de risques ou effets indésirables. Une légère douleur ou une tache peuvent apparaître à l’endroit de l’injection. On peut se sentir légèrement fébrile et fatigué et/ou ressentir des douleurs musculaires et articulaires, mais ces symptômes disparaîtront spontanément au bout de quelques jours. Le vaccin contre le pneumocoque peut être administré en même temps que celui contre la grippe.

Source : www.domusmedica.be, www.passionsante.be, fiche de vaccination HGR9210 2014 Pfizer

Un site développé par Easy-ConceptUn site développé par easy-Concept login